• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon

[EXTRAIT de l'interview des auteures pour la sortie du premier tome de la série "Les 5/5"]

 

John, votre héros principal, est un personnage très attachant qui vit une période de questionnement douloureux et profond. L’identité est un thème qui vous est cher ?

Cendrine Wolf  : Tout enfant, adolescent, est concerné, à un moment donné, par la problématique identitaire. Cela fait appel à des sentiments profonds et personnels qu’on apprend à gérer au fil du temps.

Si vous m’aviez vue enfant, physiquement, aucun doute, vous aviez affaire à un garçon. Des années plus tard, je suis tombée par hasard sur une petite fille qui m’a fascinée par son tempérament et sa détermination. Plus j’en apprenais sur elle, plus je me reconnaissais en elle. Shiloh est la fille d’Angelina Jolie et de Brad Pitt. Sa maman a déclaré : « Shiloh ne se sent pas bien dans le corps d'une fille et souhaite être un garçon. Nous avons dû lui couper les cheveux. Elle s'habille comme un petit mec. On doit l'appeler John. Si nous disons : « Shiloh, veux-tu... », elle nous interrompt avec un « John. Je m'appelle John ».

Je me sens beaucoup de points communs avec Shiloh et avec le John des 5/5.

Vous avez eu beaucoup de succès avec vos précédentes séries. Cela a-t-il modifié votre façon de travailler ? Et selon vous, l’écrivain pour la jeunesse a-t-il un rôle particulier à jouer ?

Cendrine Wolf  : Il me paraît évident que l’on transmet, consciemment ou inconsciemment, des principes personnels, des éléments du passé et du présent que l’on partage alors sous forme d’histoire fictive. Mais 100% de fiction, ça n’existe pas, nous écrivons selon ce que nous sommes, du plus doux au plus rugueux. Il y a des choses qui nous touchent plus personnellement, comme John par exemple, en ce qui me concerne.

© 2009 Anne Plichota & Cendrine Wolf | Mentions légales | Charte de protection de vos données personnelles